Privilégier l’improbable est le meilleurs

moyen d’engendrer l’insupportable

 

            Tonton Pierre a développé - à son niveau bien évidemment, c’est-à-dire à la petite semaine - ce que les stratèges Israéliens et Américains ont privilégié dans les années quatre-vingt / quatre-vingt-dix pour tenter d’imposer leur suprématie dans certains territoires : Laisser suffisamment d’espace à certains intégristes religieux et/ou à des voyous pour qu’ils contrôlent les populations.

            Mais que ce soit en Afghanistan ou dans les territoires occupés, cette stratégie du contrôle des populations par délégation a engendré le pire. Nous vivons aujourd’hui et pour de longues décennies encore dans le désordre né de ce pari improbable.

            La République ayant les épaules solides et Tonton Pierre étant plus « Napoléon le petit » que Bonaparte, le désastre Mantais est heureusement moins meurtrier… Il n’en reste pas moins vrai que se substituer aux différents corps d’un Etat constitué pour guérir les maux d’une société malade est le meilleur moyen de tuer le patient !

            Le mois de juillet 2015 et ces violences urbaines ont constitué à cet égard un véritable cas d’école.

4 5

http://www.leparisien.fr/conflans-sainte-honorine-78700/mantes-la-jolie-la-cite-du-val-fourre-prise-d-un-acces-de-fievre-20-07-2015-4958991.php

 

 

            Les premiers « incidents » éclatent dans la nuit du 14 juillet et vont se poursuivre durant plusieurs jours. Les sapeurs-pompiers et forces de l’ordre sont attaqués au moyen d’engins incendiaires à diverses reprises. La police est accusée « d’arrestations arbitraires » et de tirs de flash Ball « intempestifs »… La rengaine habituelle des émeutiers et de leurs complices.

            Les autorités « s’inquiètent » comme les responsables de la mairie, la rengaine habituelle de ceux qui ne maîtrisent plus grand-chose… Des renforts policiers importants sont dépêchés sur place, mais les arrestations se font rares. « La mairie nous demande très souvent de lever nos réserves pour embaucher des personnes condamnées comme émeutiers et/ou délinquants… et s’inquiète ensuite des conséquences » commentait au cœur de l’été, très désabusé et « hors micro », un officier de police aujourd’hui en poste dans une belle région viticole. « On est de la mairie, on est de la mairie ! » hurlent certains des émeutiers aux forces de l’ordre qui tentent de faire leur travail. « Et parfois, c’est vrai ! » se désole le même officier supérieur. L’ambiguïté est la mère du vice.

            Pour parfaire ce tableau navrant, il n’est pas inutile de préciser que Tonton Michel a même engagé un bras de fer avec les forces de l’ordre locales à la fin du mois de mai dernier à l’issue de la fête du quartier du Val Fourré.

            Les services officiels de la propagande municipale n’y trouvent pourtant rien à redire sur cette belle journée :

 

 

Ville de Mantes-la-Jolie (page officielle) a ajouté 60 nouvelles photos à l’album Fête de quartier du Val Fourré 2015 — à Ville de Mantes-la-Jolie (page officielle).

6 2

Tonton Michel : « Samedi 30 mai 2015, vous avez été très nombreux à participer à la fête de quartier du Val Fourré. Une belle journée de partage et de convivialité placée sous le signe du jeu, de la musique et de la découverte ».

 

 

            Mais comme bien souvent, la propagande est faite pour masquer la réalité : (Le Parisien - http://www.leparisien.fr/mantes-la-jolie-78200/mantes-la-jolie-la-colere-de-la-cite-apres-l-intervention-policiere-01-06-2015-4823461.php) « L’affaire est remontée jusqu’aux oreilles du maire qui s’en est plaint, via ses services, au commissaire local. « La riposte a été exagérée, assure ce proche de Michel Vialay (UMP). Une dizaine de nos agents ont été incommodés. L’une d’entre elles a même reçu une grenade sur la tête ». CQFD…

            En laissant, sous la pression, se terminer une fête trop tardivement, malgré des avertissements répétés, Tonton Michel démontre une fois encore qu’il ne maîtrise plus rien sur sa commune et que les services municipaux ne doivent plus être l’annexe exclusive du service pénitentiaire d'insertion et de probation de la région comme l’avait déjà révélé Le Canard Enchaîné : « Côté boulot, la municipalité de droite a fait de l'embauche à tout va. La Cour des comptes s'en est émue. Il faut dire qu'une augmentation de 33% des effectifs municipaux sur 5 ans, ça ne passe pas comme une lettre à la poste. Parmi les recrues, "de jeunes délinquants issus du Val Fourré bénéficiant d'une liberté conditionnelle après une lettre d'embauche de la mairie ».

Définition du jour

Lettre d’embauche : http://vosdroits.service-public.fr/particuliers/F10403.xhtml

×